Castille

, par Grolf

La Castille est une nation de fièvre et de passion. Son peuple a connu de nombreuses influences extérieures par de multiples invasions pacifiques ou militaires, ce qui fait de sa civilisation un grand brassage de différences origines. Ce pays du soleil se rapproche bien évidemment de l’Espagne par ses traditions et sa culture. Aujourd’hui, plus d’un tiers du pays est occupé par la Montaigne, et son peuple vit en état de guerre et de résistance permanente. La religion joue également un rôle primordial, le peuple étant fortement croyant et la Cité du Vacticine étant à la fois la capitale nationale et le centre de l’Eglise des Prophètes.

Politique

Régime : Monarchie
Dirigeant actuel : Haut Roy Salvador Bejarano de Sandoval
Capitale : Cité du Vaticine

Géographie

La Castille est divisée en cinq régions appelées ranchos, chacune étant dirigée par un don.

RanchoCapitaleDirigeant
Rancho Aldana Cité du Vaticine Don Francisco Guzman de Aldana de Castillo
Rancho Gallegos Puerto de Sur Don Samuel Vasquez de Gallegos
Rancho Soldano Altamira Don Diego Ruiz de Ontiveros
Rancho Torres Barcino Doña Elodia Avila de Torres de Castillo
Rancho Zepeda San Augustin Don Ciro Lopez de Zepeda de Castillo

Histoire

Dans l’antiquité, le territoire nommé Acraga, qui deviendra plus tard la Castille, fut conquis par la Vieille République, d’abord pacifiquement, puis militairement. Ses ressources en métaux précieux comme l’or ou l’argent étant relativement importantes, l’Acraga éveille la convoitise de Numa, et c’est le sénateur Caius Castillus, puis ses descendants, qui sont chargés d’administrer cette province de l’Empire.

C’est donc tout naturellement qu’à la chute de Numa la famille Castillo hérite du trône du tout nouveau royaume indépendant de Castille. José Maria de Castillo en devient ainsi le premier roi en l’an 299 AV.

Au cours des siècles suivants, des rapprochements commerciaux sont effectués avec l’Empire du Croissant de Lune. De grandes vagues d’immigration amènent de nombreux croissantins à venir s’établir en Castille, d’abord dans le cadre de comptoirs commerciaux, puis par le fait de mariages mixtes. Le rapprochement fut tel que le roi José Maria épousa la fille du calife croissantin, son héritier bénéficiant ainsi d’une double couronne.

Finalement, c’est la mort du Second Prophète à la frontière de l’Empire du Croissant de Lune qui déclencha la première croisade, mettant à mal l’alliance avec la Castille. Pourtant, les liens furent assez forts et résistèrent. C’est le Troisième Prophète lui-même qui décreta la seconde croisade en 1000 AV, arguant que les croissantins avaient acquis une trop grande influence sur les castillans. Le Haut Roy se rangea toutefois du côté des croissantins, avec toute une partie de la noblesse du pays. Mais avec l’aide de l’Eisen et de la Vodacce, les castillans vaticins réussirent à expulser les croissantins au cours d’une lutte de plusieurs années. La famille régnante et ses alliés furent décimés.

Après la seconde croisade, en 1011, c’est la famille Sandoval, désignée par le hiérophante vaticin, qui hérite du trône de Castille. Suite au choix du Troisième Prophète, c’est la Castille qui devient le nouveau centre de la foi vaticine, aux dépends de la Vodacce, ce qui entraina une guerre de sept ans (1012 - 1019) entre les deux pays.

La Castille connut alors une longue période de paix lui permettant de se recontruire. En 1659, elle forme une puissante armada de cent quatre-vingts navires pour aller combattre la Reine Elaine d’Avalon qui avait alors fait sécession avec l’Eglise du Vaticine. Cette expédition fut un cuisant échec, et la plupart des bâteaux furent détruits. En 1666, à la fin de la Guerre de la Croix, elle intervient en Eisen pour récupérer des parcelles de terre à peu de frais.

En 1664, malgré le fait que la religion des Prophètes considère la sorcellerie comme hérétique, le roi Léon-Alexandre XIV de Montaigne se déclare ouvertement sorcier pratiquant, et s’autoproclame empereur. En représailles, l’Inquisition lève une armée de castillans qui réussit à s’infiltrer jusqu’à Charousse. L’assaut fut repoussé grâce à un certain Montègue, qui fut ensuite promut général et chargé de mener la contre-attaque contre la Castille. Le talent stratégique de Montègue, la puissance de l’armée montaginoise, et quelques trahisons internes, permirent une invasion rapide de la moitié du pays. Aujourd’hui, avec le départ de Montègue pour l’Ussura, le front stagne et les montaginois connaissent quelques revers. L’armée castillane a pu établir de fortes poches de résistance, espérant en tirer parti pour reconquérir l’ensemble du territoire.

Ecoles d’escrime

- Aldana (Guide du Joueur : pages 146 à 147)
s’inspire de la danse pour développer un style d’escrime déroutant les adversaires.

- Gallegos (Supplément Castille : pages 95 à 96)
enseigne un style tournoyant pour éviter les attaques et riposter efficacement.

- Soldano (Supplément Castille : page 96)
permet de manier deux rapières simultanément pour porter de nombreuses attaques dévastatrices.

- Torres (Supplément Castille : pages 96 à 97)
enseigne une technique de défense utilisant une cape dans la main non directrice.

- Zepeda (Supplément Castille : pages 97 à 98)
développe l’art d’utiliser le fouet pour attaquer, intimider, et tenir à distance un adversaire.

Sorcellerie

Certaines familles nobles de Castille comptaient parmi leurs membres des pratiquants d’une sorcellerie leur permettant de maîtriser le feu. El Fuego Adentro (le feu intérieur) donnait à ses adeptes le pouvoir de modeler et de manipuler les flammes comme s’il s’agissait d’une matière inerte telle que de la terre glaise molle.

Quelques membres de la famille régnante et de la noblesse possédaient l’exclusivité de la pratique d’El Fuego Adentro. Mais cette population de sorciers fut décimée lors de la Seconde Croisade car ils avaient pris parti pour l’alliance avec l’Empire du Croissant de Lune, et furent balayés par l’armée levée par le Troisième Prophète.

D’aucuns prétendent que quelques sorciers ont survécu aux massacres, mais même si c’était réellement le cas, ils resteraient cachés à cause de l’interdiction proclamée par l’Eglise des Prophètes.

Références :

- Castille : pages 98 à 101
- Fiche mémo (à télécharger)

Scénarios à jouer en Castille

- Campagne Lacrime Mundi N°7 : Et les ruisseaux formeront des fleuves (à télécharger)
- Campagne Lacrime Mundi N°8 : Une goutte dans la mer (à télécharger)
- Campagne Lacrime Mundi N°9 : La source d’espérance (à télécharger)
- Campagne Lacrime Mundi N°10 : Une nouvelle vague d’espoir (à télécharger)
- Campagne du Novus Ordum Mundi N°4 : Des flammes dans la nuit
- En mission pour le Seigneur (à télécharger)
- La Rose Perdue (Supplément Les Chevaliers de la Rose et la Croix, pages 124 à 139)
- Le rire de Légion (à télécharger)
- L’Honneur de la Couronne (Supplément Los Vagos, pages 128 à 144)
- Los Borrachos (Supplément Castille, pages 142 à 152)

Quelques personnages prêts-à-jouer

- Duelliste castillan
- Erudit castillan
- Mariachi castillan
- Montagnard castillan
- Soldat castillan
- Spadassin castillan

Aides de jeu

- Ville d’Altamira (à télécharger)

Bibliographie

- Castille
- Guide du Joueur (Pages 60 à 62 : Présentation générale, pages 146 à 147 : Ecole d’escrime Aldana)
- Guide du Maître (Pages 35 à 48 : Carte et description globale)
- La Révolution Montaginoise (Pages 52 à 53 : Progression de l’histoire sur 1668 et 1669)
- Rapier’s Edge (Pages 111 à 113 : Idées de scénarios avant et après la révolution, pages 135 à 143 : Progression de l’histoire de 1670 à 1675)